La cryptomonnaie : Qu’est-ce que c’est ?

chrono

Temps de lecture:

 12 minutes

La Cryptomonnaie : Qu’est ce que c’est ? Découvrez sa technologie et ses applications

Il est difficile de naviguer sur le web ou de suivre l’actualité financière sans que les cryptomonnaies soient mentionnées de nos jours. En effet, les cryptomonnaies ont été l’un des développements les plus passionnants de la dernière décennie, révolutionnant notre façon de penser la finance et à la communication. Mais dans la mesure où les cryptos sont si souvent mentionnées par les passionnés et les experts, beaucoup de gens ignorent encore ce que sont ces produits.

Nous sommes là pour remédier à cela, en expliquant ce qu’est une cryptomonnaie, comment elle fonctionne et comment vous pouvez vous lancer dès aujourd’hui.

 

Brève histoire des cryptomonnaies

 

La cryptomonnaie la plus connue est le Bitcoin, qui a été lancé en 2009 par un développeur utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. À ce jour, personne ne sait qui est réellement le créateur du Bitcoin, bien que certaines personnalités aient prétendu être Nakamoto. Ce que nous savons, c’est qu’il possède environ 1 million de Bitcoins, ce qui le valoriserait à environ 21 milliards de dollars au moment de la publication.

Cependant, l’histoire des cryptomonnaies remonte aux années 1980, lorsque David Chaum a lancé Digicash. Il utilisait la cryptographie pour envoyer de l’argent d’une personne à une autre, mais s’appuyait toujours sur les banques pour stocker les fonds envoyés. Plus tard, en 1998, Nick Szabo a lancé le concept de Bit Gold, qui demandait aux utilisateurs de résoudre des équations cryptographiques pour obtenir des récompenses en monnaie numérique. Bit Gold est tellement similaire au Bitcoin que certains ont émis l’hypothèse que Szabo pourrait être Satoshi Nakamoto.

Depuis le lancement du Bitcoin en 2009, de nombreuses cryptos dérivées ont été créées, comme le Litecoin qui a copié essentiellement le code du Bitcoin. Les développeurs ont ensuite commencé à créer diverses cryptomonnaies dotées de fonctionnalités supplémentaires et de structures différentes, comme l’Ethereum en 2015. Au fur et à mesure que les cryptomonnaies gagnaient en popularité, des milliers d’autres étaient créées, et il existe aujourd’hui près de 20 000 cryptomonnaies selon CoinMarketCap.

 

La cryptomonnaie expliquée de façon simple

 

Malgré la variété des cryptomonnaies, elles fonctionnent presque toutes sur la même base connue sous le nom de blockchain. Ainsi, pour comprendre ce qu’est une cryptomonnaie, nous devons d’abord faire un détour par la technologie blockchain et son fonctionnement.

Qu’est-ce que la blockchain ?

Une blockchain, comme son nom l’indique, est une série de blocs qui, mis ensemble, forment une chaîne. La blockchain est simplement une base de données ou un grand livre qui conserve un enregistrement de toutes les transactions effectuées en son sein. Par exemple, si vous envoyez 1 BTC à votre ami, cette transaction est enregistrée dans la base de données. La blockchain du Bitcoin, qui est la plus ancienne, a maintenant une taille de plus de 400 Go et continue de croître avec chaque transaction effectuée.

Mais les cryptomonnaies ne sont pas centralisées, ce qui signifie qu’il n’y a pas un seul ordinateur qui stocke l’ensemble de la base de données. Au contraire, la blockchain est partagée entre de nombreux ordinateurs à travers le monde et, dans le cas du Bitcoin, le réseau compte plus de 70 000 ordinateurs. Ainsi, une fois que les transactions ont été enregistrées sur un bloc, celui-ci est copié sur d’autres ordinateurs du réseau, de sorte que tous les ordinateurs disposent de la même copie de la base de données.

C’est ce qui rend les cryptomonnaies plus ou moins sûres, puisqu’il est impossible d’attaquer simultanément tous les ordinateurs du réseau. Et si un utilisateur décide de modifier son bloc, la majorité rejettera la version modifiée pour s’assurer qu’ils sont tous synchronisés. D’ailleurs, il est également impossible de modifier un bloc dès qu’une transaction est validée par l’ensemble du réseau. Le processus de sécurisation du réseau du Bitcoin est appelé minage. Mais ce n’est pas la seule méthode pour sécuriser une blockchain.

Source : Trustmyscience

Qu’est-ce que le minage ?

Vous vous demandez peut-être pourquoi une personne n’essaierait pas de modifier son propre bloc et de le propager ensuite à travers le réseau, n’est-ce pas ? Par exemple, créditer des Bitcoins pour son compte ! C’est une question légitime puisque, après tout, nous avons dit qu’une fois qu’une transaction est enregistrée dans un bloc, elle est copiée sur d’autres ordinateurs. Eh bien, parlons de la façon dont la blockchain garantit la validité de tous les blocs.

Lorsque vous envoyez 1 BTC à votre ami, cette entrée est effectuée dans la base de données, mais n’est toujours pas validée. Ce qui se passe, c’est que l’entrée dans le grand livre est transférée à plusieurs autres nœuds du réseau. Un nœud est un ordinateur du réseau qui gère sa copie de la base de données. Par conséquent, la transaction doit être copiée sur quelques nœuds avant d’être considérée comme « confirmée ».

Ensuite, une fois que le nombre minimum requis de nœuds a été atteint, la transaction est vérifiée. Chaque bloc a une taille maximale – la taille du bloc de Bitcoin est de 1 MB. Et lorsque le bloc atteint une taille de 1 Mo, un mineur intervient pour la valider et l’ajouter à la blockchain.

La méthode par laquelle les transactions Bitcoin sont vérifiées numériquement sur le réseau Bitcoin et ajoutées au registre de la blockchain est connue sous le nom de minage. Il s’agit de résoudre des équations cryptographiques complexes de hachage pour vérifier les blocs de transactions qui sont mis à jour sur le grand livre décentralisé de la blockchain.

En même temps, de nouvelles cryptomonnaies sont créées et transférées au portefeuille du mineur qui a réussi à trouver la solution à l’équation, ce qui augmente l’offre de jetons numériques en circulation.

Le bloc enregistré est impossible à modifier, même avec l’ordinateur le plus puissant du monde, et affiche toutes les transactions précédentes de sorte que personne ne puisse jamais modifier l’enregistrement. C’est pourquoi la blockchain est considérée comme immuable.

Il est important de noter qu’il s’agit de la structure de base d’une blockchain telle que le Bitcoin, mais certaines cryptomonnaies ont créé des structures différentes pour améliorer la vitesse, la sécurité ou les deux. La méthode de validation des transactions décrite ci-dessus, par exemple, est connue sous le nom de mécanisme de consensus « proof-of-work » (PoW), mais les cryptomonnaies plus récentes utilisent un mécanisme de consensus « proof-of-stake » (PoS) qui est moins énergivore.

Alors qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La définition la plus simple d’une cryptomonnaie est qu’il s’agit d’une forme de monnaie numérique. En bref, il s’agit d’un actif reposant sur la blockchain, mais n’existant pas physiquement. Ainsi, lorsque vous possédez 1 Bitcoin, vous avez juste un enregistrement sur la blockchain lié à votre portefeuille de cryptomonnaies.

L’objectif des cryptomonnaies est d’agir comme un moyen d’échange, permettant aux utilisateurs de transférer, disons, de l’argent, sur la blockchain de manière plus ou moins anonyme et sans l’interférence d’une institution centrale comme une banque.

 

Les autres choses que vous devez savoir sur les cryptomonnaies

 

L’industrie de la blockchain ne se limite pas aux cryptomonnaies. Elle implique également d’autres structures pour faciliter efficacement l’échange de cryptos, ce qui nous amène aux portefeuilles, aux exchanges, etc.

Portefeuilles de cryptomonnaies ou wallets

Comme vu précédemment, une cryptomonnaie est simplement une entrée dans la base de données, mais n’existe pas physiquement. Alors comment peut-on prétendre posséder, par exemple, un Bitcoin si tout le monde peut le voir ? Eh bien, c’est parce que chaque entrée de la base de données est liée à une clé publique, qui est associée à un compte spécifique – le vôtre.

Une clé publique est une chaîne aléatoire de chiffres et de lettres associée à un portefeuille crypto. Le portefeuille a également une clé privée. Si la clé publique vous permet de recevoir des cryptos, c’est la clé privée qui permet de les transférer d’un wallet à l’autre.

Le portefeuille, quant à lui, n’est qu’un logiciel sur votre ordinateur ou votre smartphone qui stocke vos clés publiques et privées. Les cryptomonnaies étant virtuelles, votre portefeuille de cryptomonnaies est le seul moyen de vous donner accès à vos avoirs.

Bourses de cryptomonnaies ou exchanges

Les mineurs gagnent des récompenses sous la forme de nouvelles cryptomonnaies sur la blockchain, mais le reste d’entre nous doit soit recevoir des cryptomonnaies, soit les acheter. Où acheter des cryptomonnaies ? Sur une place de marché de cryptomonnaies, appelée plateforme d’échange de cryptomonnaies.

Les bourses de cryptomonnaies se présentent sous différentes formes, mais les principales sont les bourses centralisées (CEX). Ce sont celles qui sont contrôlées par une seule société qui détient des cryptomonnaies pour ces clients.

L’exchange centralisé doit avoir des stocks de cryptomonnaies afin qu’ils puissent toujours en avoir lorsque vous en avez besoin. Binance, la bourse de cryptomonnaies la plus populaire (Accéder au tutoriel Binance), détient la plus grande quantité de Bitcoins avec 252 597 BTC, soit environ 1,32 % de l’offre totale. En outre, la bourse doit toujours être prête à accepter les cryptomonnaies afin que vous puissiez vendre vos avoirs en échange de monnaie fiduciaire.

Un autre type de bourse est l’exchange décentralisé (DEX). Celle-ci ne conserve pas de stock de cryptos, mais utilise plutôt des contrats intelligents pour faciliter les transactions. Les DEX les plus populaires disposent de pools de liquidité. Un pool de liquidité est un pool de cryptomonnaies provenant des participants qui mettent à disposition leurs cryptos. Ceux qui ont un excédent de cryptos les mettent à dispositions des autres. Le pool est verrouillé dans un contrat intelligent et est utilisé pour faciliter les échanges entre les cryptos sur un DEX.

Vous remarquerez que les DEX ne traitent que des cryptomonnaies. Pour l’instant, vous ne pouvez donc pas acheter, par exemple, du Bitcoin sur un DEX en utilisant votre carte de crédit. Vous devez déjà posséder une forme de cryptomonnaie, puis l’échanger contre une autre, peut-être en l’achetant auprès d’un CEX. C’est pourquoi les DEX ne sont pas très populaires auprès des débutants.

Mais si vous voulez acheter des cryptomonnaies sans passer par un CEX et tous ses processus de vérification d’identité, les échanges peer-to-peer (P2P) sont la solution. Ces bourses ne détiennent pas non plus vos cryptos, mais elles servent de plateforme de mise en relation entre acheteurs et vendeurs. Leur principal avantage est l’anonymat et, parfois, vous pouvez obtenir un meilleur prix que le marché.

La Finance décentralisée (DeFi)

Il s’agit peut-être de l’évolution la plus intéressante de la crypto et elle a été le principal sujet de discussion en 2021. Comme vous pouvez le deviner d’après son nom, la DeFi a pour but de créer un système financier décentralisé. Par exemple, les utilisateurs peuvent emprunter et prêter de l’argent sur la blockchain sans passer par une banque. Cela est possible grâce aux liquidités que les participants déposent sur les protocoles de prêts.

À ce propos, nous ne pouvons pas parler de DeFi sans mentionner les applications décentralisées (dApp). Ce sont les interfaces par lesquelles DeFi peut avoir lieu. Puisque vous ne voulez pas impliquer une banque, il doit y avoir une interface par laquelle vous pouvez naviguer et accéder aux liquidités. Considérez cela comme la visite d’une banque, sauf que celle-ci est basée sur la blockchain.

En outre, vous ne pouvez pas naviguer dans ce monde de dApps et de la DeFi avec votre email. Il s’agit du Web3. On accède au Web3 en utilisant un portefeuille de cryptomonnaies, qui, comme vous le savez maintenant, sont les logiciels qui vous identifient sur la blockchain. Grâce à votre portefeuille de cryptomonnaies, vous pouvez acheter des cryptomonnaies et parcourir une variété de dApp pour investir.

Jetons non fongibles (NFT)

Les NFT sont aussi des actifs émis depuis la blockchain. On peut donc dire que c’est une forme de crypto-actifs. La principale différence avec les cryptomonnaies repose sur le fait que les cryptos sont, par leur nature, fongibles. Les NFT, comme leur nom l’indique, ne le sont pas.

Un Bitcoin est égal à un autre Bitcoin, mais un NFT n’est pas égal à un autre NFT. Chacun est distinct, unique et évalué différemment en fonction de sa valeur perçue et de la demande.

Le trading vous expose à des risques de pertes équivalents aux dépôts et ne convient qu’à une clientèle avisée et ayant les moyens financiers de supporter ce risque.
Cette page ou autre support n’est en aucun cas une offre de conseil en investissement ni une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers notamment des contrats financiers énumérés à l’article 314-31-1 du RGAMF et à l’article L. 533-12-7 du code monétaire et financier.
Vous déclarez en visitant cette page et en ayant recours à ses services que toute fourniture d’informations sur l’un des contrats financiers énumérés à l’article 314-31-1 du RGAMF et à l’article L. 533-12-7 du code monétaire et financier proviendra de votre demande et uniquement de votre demande.
Les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs.
Le visiteur est seul responsable de l’utilisation faite des informations acquises et assume tous les risques associés à cette utilisation. En particulier, il appartient au visiteur de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver l’intégrité de son capital.
Robot-trade.fr et ses administrateurs ne seraient être tenus pour responsables de toutes pertes éventuelles.

Investissement à risque